mardi, 03 mai 2011

Traduire et translitérer

dfecb253fcdf4bd60550ed2f1b1889b9.jpg"Il ne faut pas traduire le qour'an en langues étrangères. Seul l'inimitable qour'an doit être étudié en arabe !"
voilà ce que l'on entend à longueur de temps dans la communauté musulmane. Alors on me demande souvent comment je m'y suis pris pour avoir "osé" traduire le qour'an, parole du Dieu Unique .

Il y a encore 10 ans, quand je lisais ou récitais le qour'an en français, sur l'édition du [Complexe du Roi fadh] d'Arabie Saoudite, l'une des versions (couleur bordeaux et or) la plus répandue en France, avec celle abracadabrantesque d'Albin de Biberstein, dit Kazimisky, j'avais souvent constaté que des versets de 20 mots arabes étaient rendus par 35 mots français auquels il fallait ajouter ceux qui étaient placés entre parenthèse, du style : "punition (lapidation)".

J'avais vite compris que la traduction que j'avais entre les mains n'était sûrement pas très fidèle et qu'elle comportait de nombreux ajouts, même mineurs (un adjectif qualificatif en plus d'un nom commun isolé dans le texte en arabe). J'ai donc acheté une deuxième traduction qui m'a fait entrevoir des écarts de sens assez peu croyables, puis une troisième m'a amené au bord d'un délire romantique, une quatrième ... jusqu'à 32 à ce jour.

Alors j'ai demandé l'aide de mon ex épouse, une cousine du pseudo chérifien commandeur des crédules qui connaissait des passages entiers du qour'an par coeur pour avoir fréquenté une madrassa, alors qu'elle était plus jeune. Mais elle m'a envoyé sur les roses (ou plutôt sur les dattes) et m'a dit qu'il impossible de traduire le qour'an que les savants n'y parvenaient pas eux-mêmes et que même si elle savait le réciter, elle n'en comprenait pas le sens pour autant.

Il n'en fallait pas moins pour piquer mon amour propre au vif l'ancien étudiant en Belles Lettres & Philosophie avec de bonnes notions de linguistique, sémantique et m'inciter à me lancer dans ma propre traduction. Aidé de 5 dictionnaires arabe-français, de tafsir, de mes 32 traductions....

Aussi, durant 4 ans, à raison de 8 heures de travail par jour, j'ai traduit verset par verset en recopiant sur mon ordinateur, en arabe translittéré (utilisation de lettres latines en lieu et place des lettres et signes arabes), chaque mot du qour'an en le vérifiant au niveau du sens et de la grammaire. Après 2.500 heures de travail environ, j'en étais ainsi arrivé à un triple ouvrage :

Un qour'an translitéré + un qour'an en français + un dictionnaire encyclopédique de 700 pages de termes et d'explications relatives à mon travail. Après cela, j'ai pensé à les présenter au grand public sous forme d'un blog d'une part et d'un e-book d'autre part.

La grande leçon de ce travail est que nombreux sont ceux, qui en prétextant que le qour'an n'est pas traduisible, injurent
- le Dieu Qui a révélé Sa volonté au moyen une Parole qui se dit elle même évidente (moubin), claire (bayan) et majoritairement simple
- les francophones qui soit dit en passant possèdent l'une des langues les plus sophistiquées du monde, n'en déplaise à nos amis anglophones.

Je concluerai, une fois n'est pas coutûme, sur une prédiction : le qour'an en français (par forcemment le mien) sera celui qui libérera la puissance de la Parole bienfaitrice du Dieu sur le monde à venir, alors que celui en arabe, tout en restant la référence incontournable et historique, ne fera que continuer à plonger la communauté des croyants dans l'obscurantisme et la perversion (oui, oui, rien que çà !). chayR.

[Photo crédit X, jeunes africains déchiffrant le qour'an (Coran) sur des tablettes de bois dans une madrassa (école coranique).] 

00:05 Écrit par Bonnes Nouvelles dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : traduction, translitération, lire, écrire, recopier, coran, qour'an | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Bonjour
Une chose est sûr et certaine c'est que l'ambition a été noble et a porté ses fruits puisque l'ex-étudiant en belles lettres et philosophie, a pu relever son grand défi.
Mais je me demande si celà est possible de trouver exactement l'équivalent d'un mot dans une autre langue en un mot.Pourrais tu t'avancer aujourd'hui à affirmer avec conviction, que la traduction à laquelle tu as abouti aux termes de tes longues et laborieuses recherches, est fidèle à 100 pourcent?

Écrit par : saly | vendredi, 23 novembre 2007

Je ne suis qu'un être humain imparfait qui ne saurait prétendre à n'avoir point fait d'erreur. Mais sur les 99.400 mots que compte le Qour'an, peu nombreux sont ceux qui posent problème. Le but de ce blog est de parfaire, par l'échange de point de vue, un travail qui ne sera jamais terminé. Dommage que rares soient les personnes comme toi qui me posent cette question, préférant me barber avec des problèmes de poils, ou me raser avec ceux concernant le port de la moustache.

Écrit par : chayR | vendredi, 23 novembre 2007

Il est vrai que le parfait ne saurait que provenir du parfait donc d'Allah (ST), en tout cas c'est déjà bien de peaufiner la traduction de Sa parole pour plus de netteté; car il y en a beaucoup qui sont naturellement...,je dirais "embrouillés",et c'est tout en ton honneur.
Bon vent!

Écrit par : saly | vendredi, 23 novembre 2007

Salâmoullahou 'Alayk yâ Akhi fî allah.
Je dois te féliciter pour ton travail. Il est toujours bon, surtout lorsque le bandit du grand Néfoud inonde le monde avec sa version insipide, alourdie par les mauvais mots qui accompagnent cette soupe liturgique infâme qu'il ose placer en bas de page pour égarer un peu plus les consciences, qu'il existât au menu des traductions, autre chose de plus consistant. Mais as-tu déjà pu lire le texte magistral de cette dame qui passa trente années de sa vie en terre de l'orient, j'ai nommé Denise Masson ?

Écrit par : Yahya | dimanche, 28 juin 2009

Si les moments des prières sont mentionnés dans le Coran, il n'y a pas d'incation précise sur la manière de prier.

Comment prier? Faut il se tenir à la prière traditionnelle musulmane?

Écrit par : RL508 | lundi, 29 juin 2009

Même question que plus haut, mais pour ma part, j'aimerais savoir où trouver ta version officiellement traduite, même officieuse ça m'est égal, tant que tu ne te nommes pas Sami Aldeeb mdr ! Et essai de me repondre quelques fois, car ton rôle, vu que tu partages une partie de ton savoir via ce blog, est d'informer plus, si on demande plus. Salam !

Écrit par : MEL | vendredi, 01 octobre 2010

Bonsoir,
Si le Dieu n'as pas précisé comment prier, c'est que la forme est certainement moins importante que le fond ou l'intention (an niya). Si l'on se sent proche de la prière mouhammadienne, pourquoi ne pas faire ses Rakats ? Si l'on est proche du Soufisme, pourquoi ne pas faire ses invocations. Les Derviches de Konya prient en dansant, d'autres se livrent à une adresse directe au Dieu Unique.

Si l'on fait le compte des façons de prier des humains sur cette terre, il y en a bien plusieurs milliers. La lecture de passages des Ecritures est un Rappel (as Zikr) qui n'a d'intérêt que s'il est précédé d'une déclaration d'intention de se réformer et suivi d'une action concrète dans la voie du Dieu.
chayR.

Écrit par : chayR | lundi, 04 octobre 2010

Écrire un commentaire