vendredi, 13 août 2010

Femme Imam ?

4565d987e035092e8043131e1ac3487b.jpgimam (i°ma°m),
chef, guide.
Origine du vocable :
le chef de file conduisant une caravane de chameaux.

[Photo : femmes musulmanes en prière au U.S.A. avec au centre une femme imam.]

Les critères de l'imamat sont, par défaut :
1° - Celui/celle qui craint le plus le Dieu Unique.
2° - Le/a plus instruit(e) dans la Loi du Dieu.
3° - Le/ plus âgé(e) de la communauté.

FEMMES :

En vertu de ses qualités intellectuelles et de coeur, le Prophète (pbsl) nomma :
o°umm waraquah bint 'abdallah bint Ha°riç
i°mam de la mosquée de son quartier
où elle dirigeait les offices de prières, même celle des hommes.

Et si les religions étaient dirigées par des femmes ?
Question pour un 08 Mars, journée de la femme :
Une grande Rabine ?
Une Papesse ?
Une Commandeuse des Croyants ?
Ne feraient-elles pas mieux ques les hommes,
aux commandes des religions de ce monde ?

A bon lecteur (entendeur) salam !

Merci de vos commentaires.

00:05 Écrit par Bonnes Nouvelles dans Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : dieu, femme imam, imam, crainte de dieu, islam, communauté, mosquée | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

A partir du moment où il s'avère que dans une communauté une femme soit mieux guidée qu'un homme et plus instruite, je pense même que ce serait mieux que ce soit elle l'imam ! D'autant plus que dans les études en général, j'ai l'impression que la femme s'en sort mieux !
Par exemple, chez les anciens indiens d'Amérique, si la politique était réservée aux hommes, la médecine était celle des femmes (mais ce n'était pas des castes vraiment fermées). Mais la médecine était considérée comme plus importante que la politique, la première servant à sauver des vies, la deuxième à réglementer la vie.
La femme ayant un caractère plus contemplatif que l'homme dont le caractère est surtout dominé par l'action, elle pourrait voir le coran d'une manière totalement différente ...

Écrit par : Aurélia | lundi, 10 mars 2008

D'accord avec Aurélia dont je reprends la formulation pour affirmer que j'irai plus loin pour dire qu'à partir du moment où il s'avère que dans une communauté un être humain, qu'il soit femme ou homme, soit mieux guidé et plus instruit, je pense même que ce serait mieux que ce soit elle ou lui l'imam !

Écrit par : Marlyse | lundi, 10 mars 2008

Quelle belle foto ! Que ces femmes sont concentrées sur leur prière, voilées, non voilées, respectueuses, pudiques, non importunées par les hommes dans la rangée de gauche.
Quand verrons nous cela en Algérie ?

Écrit par : Akila | lundi, 10 mars 2008

Akila, vous éxagerez quand vous dite ...en prière ...non voilées... . Pour faire la prière, les savants ont précisé la tenue minimum de la femme à respecter selon la sunna, sans voile, c'est n'importe quoi.
En tout cas le voile n'a jamais posé problème en Algerie pour la prière. c'est les mentalités qu'il faut changer pas les habits.

Écrit par : dziria | jeudi, 27 mars 2008

Que je sache, ce ne sont pas les savants qui ont écrit le Qour'an. Or, il n'est pas précisé dans cette Ecriture que la femme doive porter un foulard, un voile ou quoi que ce soit sur sa tête. Qu'elle le fasse, c'est son droit, mais de grâce, qu'elle ne vienne pas dire que c'est dans le Qour'an, Parole du Dieu Unique parce que c'est un mensonge éhonté à porter au crédit des savants qui tordent la Parole du Dieu pour lui faire dire ce qui les arrange.

Personnellement, je ne suis pas sunniste, en ce sens que je met la sounnah du Prophète à sa vraie place : loin derrière le Qour'an. Le Dieu s'est engagé à protéger sa Parole, pas la sunnah qui est un récit de ce que le Prophète AURAIT dit et fait. Tous les articles de ce blog démontrent que l'on peut se passer aisémment de la sounnah, mais pas qu Qour'an.

Je ne suis pas plus "coraniste" qui est un mouvement qui frise l'absurdité. Je remarque cependant qu'on a afflublé ses partisans d'un titre plutôt honorable. S'il n'avait déjà été pris par ces illuminés, j'en aurai bien accepté la qualification. Mais je préfère celle de : Soumis, qui est l'exacte traduction de l'arabe mouslim en français, langue qui n'a que faire des néologismes "musulman" et "islam" qui sont des mots inutiles et néfastes.

Écrit par : chayR | vendredi, 28 mars 2008

Je m'attendais à cette réponse car j'ai suivi votre blog et je le trouve très intéressant, c’est à dire : beaucoup d’effort, d'analyse concrète et des réponses convaincantes. Je reviens souvent pour trouver les réponses à mes questions d’actualités. Seulement je n'y adhère pas complètement, ce n'est pas claire pour moi. En ce qui concerne le voile, certes n'est pas dit dans le coran, mais bien avant l’islam, dans les autres religions la femme devait couvrir la tête, c'est pour cela que dans le coran il n'a pas insisté sur ça, car c’est déjà acquit, mais plutôt de rabattre le foulard sur le cou ou poitrine … de laisser tomber la robe sur les pieds … de ne pas se faire remarquer en marchant … Ce sont là tous les éléments de la pudeur. Maintenant, si la femme n’est pas obligée de porter le voile ni respecter tout ceux-ci, qu’elle est la limite à respecter ? Elle va sûrement dépasser les limites, si elle n’est pas pudique. C’est dans ce sens, que moi je trouve logique de suivre certains savants (ou Mouslims) qui précisent comment doit s’habiller une Mouslima. Ils ont fait des recherches très sérieuses sur ce sujet. Beaucoup de mouslimates qui ne portent pas le voile se trouvent en décolleté sans pudeur tout simplement parce qu’elle doivent suivre la mode , ça ce que j’appelle trahir le message du coran.

Écrit par : dziria | vendredi, 28 mars 2008

as salam 'alayki ya dziria
Tu as bien noté que pour la durée de la Prière "avant l’islam, dans les autres religions la femme devait couvrir la tête, c'est pour cela que le [Qour'an] n'a pas insisté sur cela". Dans les années 50, il aurait été impensable de voir une catholique entrer à l'Eglise sans un foulard couvrant ses cheveux.

De nos jours, pour ce qui est de la vie quotidienne, les femmes vertueuses, savent comment s'habiller avec élégance tout en restant correctes. Le Dieu a donné la liberté aux hommes comme aux femmes de se vêtir comme ils l'entendent.

Chaque femme fait comme bon lui-semble : c'est à elle d'apprécier ce qu'est une tenue correcte. La sunnite suit la sounnah, la Soumise (mouslimat) en la Seule Parole du Seul Dieu suit Son seul conseil vestimentaire, à savoir de rabattre les pans de son vêtement sur sa poitrine § S.24/32, §S.33/59.

Pour avoir vécu au Maroc, de la famille royale à celles des bidonvilles, les femmes d'une même famille peuvent être voilées ou pas, tout restant à la fois pudiques et gracieuses. C'est le Dieu Qui sonde les coeurs, connait le contenu des poitrines (§S.42/24) et sait avec qu'elle intentention (niya),
la femme choisit ses vêtements du jour.

Écrit par : chayR | lundi, 31 mars 2008

Et sur vous la paix et la miséricorde d’Allah et ses bénidictions honorable frère,
Je continue les commentaires mais je ne suis pas une lumière dans la littérature française. Je suis bilingue par éducation et scientifique par formation donc je ne maîtrise pas l’écrit, je vais essayer de m’appliquer sachant que c’est laborieux pour moi. Si nous ne prenons que le Cor’an comme vérité, alors la prière se réduirait à trois prières par jours sans parler des ablutions, et la zakat et encore quoi ? Nous pouvons changer la religion comme ça. Avons-nous le droit de changer ou d’abroger ? Comme ils ont fait certains à travers l’histoire pour arranger d’autres qui ont fait tout pour transmettre !
Un mouslim dévot* qui craint Allah doit transmettre le message le plus fidèlement possible. Le message : c’est le Cor’an suivi des détails expliqués par le prophète -sur lui la prière et la paix- c’est la sounna.
Il ne suffit pas d’être dévot pour trier la sounna, c’est compliqué, c’est pour ça que je ne me lance pas, par contre je préfère suivre un mouslim qui me donne des bonnes arguments raisonnables et crédibles et avec ça je forge mes idées. C’est pour ça que je décortique tes articles.
*dévot : adjectif qui provient du verbe wara3a.

Écrit par : dziria | samedi, 05 avril 2008

Vous dites : [Les femmes vertueuses, savent comment s'habiller avec élégance tout en restant correctes.]

N’y a-t-il pas une certaine relativité dans : [tout en restant correctes] …?!!!...

Comment connaître les limites de la pudeur et de la correction ? Qui est en mesure de définir ces limites ?…

Qu’en dit-on d’une soumise qui viendra le siècle prochain, [Tout en restant à la fois pudiques et gracieuses], car elle tient à [rabattre les pans de son vêtement sur sa poitrine], fait exhiber, en même temps, son ventre … ses cuisses …

Écrit par : extra t | mardi, 08 avril 2008

Écrire un commentaire