jeudi, 26 juillet 2012

Un contrôle d'identité tourne au pugilat

Niqab : un contrôle d'identité tourne au pugilat à Marseille

Une femme de 18 ans portant un voile intégral a refusé de se soumettre à un contrôle de police mercredi à Marseille. En plus de son refus, elle a agressé les forces de l’ordre. D’autres personnes l'ont rejointe. Résultat : trois policiers blessés et les interpellés remis en liberté. [voir vidéo consacrée à ce sujet]

Copyrighy : La Rédaction, avec Alexandre Mognol | RMC.fr | 26/07/2012
 
 
 
 
© Reuters
Dans la nuit de mardi à mercredi à Marseille, trois policiers ont été tabassés après un contrôle d’identité qui a mal tourné. Vers 00h45 à proximité de la mosquée Es-Sunna, trois agents de police se sont approchés d’une jeune femme de 18 ans qui portait un voile intégral, le niqab. Conformément à la loi de 2010 sur le voile intégral, des policiers ont décidé de faire un contrôle d'identité. Mais cette dernière a refusé de se soumettre à l’autorité policière.

« Je n'obéis pas aux lois de la République »

« Je n'obéis pas aux lois de la République », a-t-elle expliqué. Elle s'est alors mise à crier et a dénoncé une agression de la police. Elle a même donné des coups de poing au visage d'un policier. C'est là que le compagnon de la jeune femme s'est interposé, de manière à empêcher définitivement le contrôle d'identité. L'homme a ensuite appelé à la rescousse. Une cinquantaine de personnes ont rejoint la bagarre et roué de coups les policiers de la tête aux pieds. L'arrivée de renforts a permis l'interpellation de quatre personnes dont la femme voilée. Mais tous ont été remis en liberté dans la nuit par le parquet de Marseille dans un souci d'apaisement en période de ramadan.

« Le message donné est hors de propos »

« Le signal donné à cette affaire par le parquet de Marseille nous laisse dans l’expectative la plus totale, explique David-Olivier Reverdy est secrétaire adjoint du Syndicat de police "Alliance" dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Comment peut-on s’en prendre aux forces de l’ordre et être remis en liberté sans garde à vue, sans être inquiété ? Il me semble que le message donné à la population et à la délinquance, qui je vous le rappelle est assez prégnante à Marseille, est un message qui est absolument hors de propos. On aurait aimé le soutien de la justice et non pas une défiance à ce sujet. Encore une fois, les agents de police de Marseille se sentent délaissés ».

09:55 Écrit par Bonnes Nouvelles dans F o r u m | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

J'ai aussi souvent une pensée pour tous ces policiers morts en service, blessés en allant porter secours dans les citées, tout comme leurs frères d'armes les pompiers aux véhicules caillassés. La chienlit s'installe en France insidieusement, non par une guerre ouverte avec un ennemi déclaré, mais par des personnes, bien intégrées dans les rouages de la société française, allemande, voire européenne.

Car on oublie de rappeler, c'est que si Hitler était un fou comme on le prétend, il n'en était pas moins une stratège génial qui a pris le pouvoir par des ELECTIONS libres, après des campagnes de mensonges dont les allemands disaient qu'elles n'étaient que calomnies à l'égard de ce gentil monsieur Hitler qui aimait les enfants et son chien.

Ce monsieur avait aussi écrit un CORAN (Mein Kampf, mon Combat, mon Jihad) dont la traduction française fut préfacée par le généralissime français et commandeur du Maroc : le maréchal Lieutey.

Ce dernier n'était pas un partisan d'Hitler et il n'avait écrit que 6 mots :
"Tout français devrait lire ce livre." Parce que le vieux soldat qu'il était avait bien compris que les nazis allaient appliquer A LA LETTRE ce qui était écrit noir sur blanc dans leur bouquin.

Exactement ce qui se passe aujourd'hui avec le Coran et la chari'a que des guignols enturbanés nous font passer pour un livre exotique et récréatif alors que c'est un livre de mort programmée pour tout juif, chrétien et ... athée

Écrit par : Marc | vendredi, 03 août 2012

Écrire un commentaire